Tourisme à Essaouira : cap sur la ville venteuse du Maroc

Tourisme à Essaouira: découvrez Mogador

Beaucoup moins connue que les villes impériales marocaines, Essaouira est une ville de plus de 100 000 âmes. Connu pour son festival estival de musique Gnawa (danse d’anciens esclaves) et pour ces spots de surfeurs, nous vous proposons d’en savoir plus sur cette cité paisible.

Tourisme à Essaouira : oubliez les hôtels et Air BNB

Si vous arrivez par la route de Marrakech, ce sont les habitants de la ville qui proposent des logements à des prix défiant toute concurrence. Vous les reconnaitrez sans trop de difficultés. Ils ont pour habitude de secouer des clés entre leur main pour attirer les touristes. En fait, ils vous proposent de louer leur maison vacante de façon informelle. Certes, ici, quelques mots d’arabe peuvent vous faire dégoter un logement à 200 dirhams la nuit pour 4 personnes. Tout réside dans l’art de la négociation. Les Européens les plus marchandeurs n’auront pas de mal à se faire comprendre après un petit quart d’heure de négociations.

Sachez que cette alternative peu connue des touristes est la moins chère. De plus, les maisons des habitants sont très confortables. Il est même possible d’inclure le prix des repas à la location. Avec gentillesse, une maîtresse de maison vous préparerez un somptueux tajine de poisson accompagné d’un généreux thé à la menthe. Cette hospitalité typiquement marocaine vous permettra de préserver de précieux deniers et d’éviter de payer trop cher des services supplémentaires.

N’ayez crainte ! Essaouira est une petite ville très bien sécurisée. Les gens ne sont pas mal intentionnés quand il voit des touristes au contraire des très grandes villes.

Une ville fraîche tout au long de l’année

Le tourisme à Essaouira s’envisage sous l’angle de la fraîcheur. En plein été, ce microclimat océanique peine à dépasser les 22 degrés. L’eau y est froide et la veste est de mise dès la nuit tombée. Cependant, cette circonstance ne doit pas être appréciée de façon négative. En effet, Essaouira est l’oasis de fraîcheur nécessaire après des journées passées à plus de 45-50 degrés au cœur de la ville rouge (Marrakech Al Hamra). Essaouira est donc le détour bien mérité où l’on vient certainement savourer le meilleur poisson du Maroc. Et à votre grande surprise, vous retrouverez dans l’assiette des espèces que vous n’aurez jamais vue de votre vie.

Qu’y a-t-il de beaux à faire dans l’ancienne Mogador ?

Essaouira s’appelait auparavant Mogador. Ce nom correspond à une île située au large de la ville qui servait à l’époque de prison. L’ancienne Médina se visite en empruntant la porte de Bâb Doukkala. Celle-ci fait partie du patrimoine mondiale de l’UNESCO. La ville est un vrai brassage ethnique où cohabitent les arabes, les juifs berbères ainsi que d’anciens descendants d’esclaves de Tombouctou arrivés des siècles auparavant.

Pour le tourisme à Essaouira, les ruelles sont tout simplement l’expression artistique propre à cette ville. Vous trouverez sans aucun doute de jolis tapis, des tableaux mais aussi de la vaisselle traditionnelle dont le travail est remarquable.

Du côté culinaire, la pâte à tartiner berbère ainsi que l’huile d’argan alimentaire et cosmétique sont des produits de terroir reconnus pour leur qualité.

En combien de jours apprécie-t-on la ville ?

Une journée entière suffit pour visiter la ville. Généralement, le tourisme à Essaouira se fait sur deux jours. Ceci pour décompresser et continuer à affronter la chaleur estivale en quittant la ville en direction d’Agadir ou Marrakech. Néanmoins, les aficionados de Kitesurf ou planche à voile verront très certainement leur séjour rallongé d’une semaine avant de se diriger vers d’autres endroits de l’océan.

En extérieur, en bord de plage, le touriste peut également apprécier les balades des chameliers à dos de camélidés. Prévoyez 75 dirhams pour une bonne demi-heure d’excursion. Enfin, les amateurs de sensation fortes pourront s’adonner à la vitesse sur le sable en exécutant des sessions de quad. Et pour les amateurs de VTT, le détour vaut aussi la chandelle.

Un peu d’histoire

En 1506, les Portugais fondent les remparts de la ville. Ils y restent quelques années avant d’être repoussés par les populations locales. Cette excursion lusophone tout comme dans la ville d’El Jadida est destinée à faire escale. Elle sert de base arrière pour explorer l’Afrique subsaharienne et pratiquer la traite négrière vers les Amériques à partir du Cap Vert.

Pour les touristes en herbe, il est possible à partir de l’aéroport de Nantes d’avoir des prix de billet d’avion pas cher avec la ligne aérienne Ryanair.

Magazines Rennes